Participez

Agriculture

Agriculture

Métropole des villes, métropole des champs

Partagé entre urbain et ruralité, le territoire d’Aix-Marseille-Provence regroupe de grandes villes autour de Marseille, la deuxième de France par sa population. Métropole des villes et des champs, Aix-Marseille-Provence abrite aussi des villages de quelques centaines d’âmes.

 


 

Terre de contrastes, aux reliefs accidentés et identitaires, la Métropole Aix-Marseille-Provence se prête à la diversité des cultures. Entre forêts et garrigues, entre coteaux et plaines, poussent oliviers et amandiers. La vigne et le blé tutoient les primeurs ou les plantes aromatiques. Fruits, fleurs, miel font sa réputation… Tandis que le littoral (255 kilomètres) s’offre aux filets des pêcheurs et aux fermes aquacoles.

Un capital convoité et menacé
à sauvegarder

L’agriculture représente aussi une force par la renommée internationale de ses productions. Le foin de Crau, la brousse
du Rove ou la pomme de terre de Pertuis. Sans oublier
les vins qui s’exportent dans le monde entier. Et au total
35 signes d'identification de l'origine et de la qualité (SIQO), dont 22 viticoles et 13 agricoles.
L’agriculture métropolitaine fait travailler 13 000 personnes et
2 355 exploitations.  

Pourtant, ce capital est menacé par la déprise agricole. Par rapport à 2000, les surfaces cultivées ont régressé de 4 % et le nombre d’exploitants a baissé de 25 % dans le même temps. Aujourd’hui, la perte du foncier agricole est estimée à 900 hectares par an, notamment sous la pression de l’urbanisation.

Préemption

Face à ces constats, et même si le territoire métropolitain résiste mieux que le reste du département, la Métropole réagit par la délimitation d’espaces agricoles communs, l’accompagnement et l’aide à l’installation de jeunes agriculteurs.

La Métropole lutte aussi contre la spéculation foncière par la mise en œuvre d’une convention d’intervention agricole (CIF) et d’une convention d'aménagement rural (CAR) avec la Safer (Société d’aménagement foncier et d’établissement rural). Cette convention prévoit d’informer quotidiennement les communes sur le marché foncier en zones agricoles et naturelles. Cela permettra aux communes d’orienter les interventions de la Safer afin de diminuer les phénomènes spéculatifs sur les terres agricoles. La Métropole s’engage également à prendre en charge les frais de dossier lorsque le propriétaire vendeur retire son bien de la vente.

Rapprocher producteurs
et consommateurs

La Métropole encourage et développe également les circuits de distribution courts destinés à rapprocher les consommateurs des producteurs. D’un point de vue économique, ces circuits de vente directe permettent aux producteurs de développer leur chiffre d’affaires, voire, pour certains, de créer ou de pérenniser des emplois.

Pour les consommateurs, ils représentent une opportunité d’alléger le coût de leur facture alimentaire. Quant à l’impact sur l’environnement, il se mesure en termes de réduction des emballages, d’économies de carburants et de réduction des pollutions avec des trajets raccourcis. Les produits parcourent en effet moins d’une cinquantaine de kilomètres en moyenne entre le champ ou la serre et les points de vente. Durant la saison 2017, 1 047 tonnes de produits locaux ont ainsi été vendues sur les deux sites de la Halle Terres de Provence de Plan-de-Campagne et de Pertuis.

Produit et consommé ici

Consciente des forces et des faiblesses de son agriculture, la Métropole s’est engagée dans une démarche stratégique volontariste au travers de la mise en place d’un projet alimentaire territorial (PAT), en partenariat avec le Pays d’Arles. Il s’agit de dynamiser l’agriculture du territoire tout en favorisant une alimentation locale de qualité, accessible à tous. Le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation a labellisé ce PAT début 2020, venant ainsi récompenser la qualité d’une démarche, engagée sur trois ans, qui s’appuie sur un pilotage associant public et privé, un diagnostic agricole et alimentaire, une concertation permanente entre tous les acteurs et une stratégie d’actions en six axes (économie, nutrition-santé, foncier, environnement, patrimoine, innovation). Chacun peut participer à l’élaboration du PAT, via la plateforme en ligne. 

Métropole - Aix-Marseille-Provence

 

 


Chiffres-clés

 

  • 2 355 exploitations
  • 13 000 emplois

Le secteur agricole est une vraie force économique pour la Métropole.

 

 

-
60 000 ha

C’est la surface agricole utile, soit un cinquième
du territoire (20 %) réservé à l’agriculture, dont 18 %
sont dédiés à l’agriculture biologique.

 

 

Les bonnes adresses du circuit court

La métropole encourage la vente directe aux consommateurs :

  • Entre mai et octobre de chaque année, elle organise les Halles de producteurs « Terres de Provence » à Plan-de-Campagne (lundi, mercredi et vendredi de 17h à 19h) et Marseille La Barasse (jeudi de 17h à 19h), en drive avec pré-commande en ligne ou en marché classique. Plus d’infos ici.
  • Il existe d’autres services au volant (drive fermiers) : à Venelles (jeudi de 16h à 18h30), Les 4 Tours, 56 avenue Grande Bégude, et à Aix-en-Provence (jeudi de 16h à 19h), Maison des agriculteurs, 22 avenue Henri Pontier. Plus d’infos ici.