Participez

La Métropole veut redonner du goût et des couleurs à la ville 25/10/2019

AGRICULTURE. Un plan d’action en faveur de l’agriculture urbaine a été engagé sur le territoire métropolitain avec une première phase axée sur Marseille.

 
L’accélération du changement climatique ajoutée aux modifications des pratiques alimentaires et des attentes citoyennes incitent la Métropole à donner plus de place à l’agriculture dans son développement urbain.

Notre territoire agricole unique (1er territoire bio de France, 1er producteur français de tomates, salades, courgettes, pêches et nectarines, poires, olives et riz) a des atouts, une histoire et un savoir-faire.

Les initiatives d’agriculture urbaine très diverses, allant des exploitations agricoles sur les franges de la ville aux productions spécialisées sur les toits et terrasses intra-muros, se multiplient donnant une nouvelle dimension au territoire. Celle d’une métropole plus verte, plus durable, plus solidaire et plus attractive.

En effet, ce retour de la nature en ville est un outil en faveur de l’environnement, de l’emploi, un facteur de renforcement de l’attractivité des centres-villes, un vecteur pour créer du lien dans les zones urbaines sur un territoire qui compte 59 quartiers dits « prioritaires » et un moyen d’action pour sensibiliser le public à une alimentation locale.

La Métropole Aix-Marseille-Provence met en œuvre un plan d’action en faveur de l’agriculture urbaine confirmant son engagement pour une agriculture et une alimentation plus durables, ainsi que sa volonté de dynamiser le territoire.

Qu’est-ce que l’agriculture urbaine ?

Les définitions de l’agriculture urbaine sont multiples. L’agriculture intra-urbaine est produite en milieu urbain et l’agriculture périurbaine est pratiquée dans les périphéries des villes. En périurbain, l’activité agricole est principalement le fait d’agriculteurs professionnels. Dans les villes, l’agriculture intra-urbaine peut être professionnelle ou non, à vocation avant tout économique ou sociale. Ces deux types d’agriculture urbaine s’entremêlent sur notre territoire. 
 
Un plan qui s’intègre dans les politiques métropolitaines
 
  • La Métropole Aix-Marseille-Provence s’engage dans la mise en œuvre d’un plan d’action en faveur de l’agriculture urbaine destiné à répondre aux enjeux alimentaires, environnementaux et sociaux des milieux urbains et périurbains. Cette démarche est en synergie avec les stratégies métropolitaines. Elle s’inscrit dans le cadre plus large du Projet métropolitain, adopté en juin 2018, de l’Agenda environnemental présenté en décembre 2018 par la Métropole et le Département, du Projet alimentaire territorial engagé en mars 2019 et du Plan climat-air-énergie en cours ;
  • En tant que politique pilote, le plan d’action portera, à partir de la fin 2019, sur un périmètre test, celui de Marseille dont le potentiel est avéré en agriculture urbaine mais qui compte 120 hectares de terres agricoles non valorisés. L’existence d’acteurs spécialisés sur lesquels s’appuyer constitue une opportunité pour les autres villes de la Métropole. Dans un second temps, cette politique sera étendue, après consolidation des retours d’expérience.

Des mesures concrètes

Dans sa première phase de mise en œuvre, ce plan totalise 30 actions phares, parmi lesquelles :
  • L’installation d’une halle de producteurs en demi-gros dans l’Est de Marseille ;
  • La préparation d’un concours d’architecture pour installer une halle gastronomique à la Joliette, vitrine des produits du territoire, en lien avec MPG2019 ;
  • La création d’un vaste parc agricole sur les piémonts du massif de l’Étoile, sur un périmètre de 250 hectares ;
  • Amélioration des conditions tarifaires d’accès à l’eau agricole à un tarif économiquement viable ;
  • Lancement de plusieurs appels à projets visant à mettre à disposition du foncier public ou attribuer des subventions ;
  • Soutien à l’installation de projets pilotes de micro-fermes urbaines à Frais-Vallon – La Rose ainsi qu’aux Aygalades ;
  • Financement d’une ferme urbaine au lycée professionnel des Calanques, dans le 8e arrondissement de Marseille, qui servira de support de formation aux futurs porteurs de projet.
Ces différentes actions sont autant d’illustrations qui permettront de relever le défi d’une métropole plus verte, plus durable, plus humaine.

Les chiffres-clés

  • Plus de 40 hectares de terre mis ou remis en culture sur le territoire de Marseille ;
  • Plus de 20 exploitations agricoles professionnelles installées ou financées ;
  • 2 millions d’euros dédiés à l’agriculture urbaine en 2020.