Participez

L’œnotourisme, une aubaine économique et touristique 19/06/2018

ÉCONOMIE. Depuis le 1er janvier 2018, la Métropole exerce l’organisation de la compétence tourisme. Elle est également compétente pour soutenir la filière agricole dont la viticulture, un secteur majeur pour le rayonnement et l’attractivité du territoire.

Visites d’exploitations vinicoles, promenades dans les vignes, dégustations commentées… participent au rayonnement d’Aix-Marseille-Provence et dynamisent la filière économique métropolitaine.

L’œnotourisme repose sur la découverte de régions viticoles et de leurs productions. En 2016, la dépense globale des 10 millions d’œnotouristes français et étrangers était estimée à 5,2 milliards d’euros selon Atout France, l’agence de développement touristique de la France. 17,2 % d’entre eux ont visité le vignoble de Provence.

Un savoir-faire de qualité

Le climat méditerranéen et les terres arables du territoire fournissent des vins de fortes personnalités, aux bouquets aromatiques. Cette viticulture d’exception bénéficie de six vins AOP, un label européen qui protège « la dénomination d’un produit dont la production, la transformation et l’élaboration doivent avoir lieu dans une aire géographique déterminée avec un savoir-faire reconnu et constaté » :

  • Baux de Provence
  • Coteaux d’Aix-en-Provence
  • Palette
  • Côtes de Provence
  • Cassis
  • Côtes de Provence Sainte Victoire

Ces vins AOP représentent plus de la moitié de la production viticole locale. Parmi eux, le vignoble de Cassis compte parmi les plus anciennes appellations de France puisqu’il a été consacré par une appellation contrôlée dès 1936 !

Les chiffres

Avec 10 073 ha et près de 595 000 hectolitres produits, les surfaces viticoles sur le territoire représentent 14 % du vignoble régional et 15 % de la production de la région.

La production de rosé, dont les Américains sont de plus en plus friands (22 millions de bouteilles leur ont été vendues), représente 75 % de la production totale du territoire.

Ces exploitations locales sont au nombre de 650.

Le nombre d’hectares de vignes en bio et en conversion est de 25 %. Au niveau national, le bio représente 6 %. *

*Enquête Agreste de 2010.