Participez

Projet DIAMS : agissons pour un air meilleur 12/05/2021

À partir de juillet 2021, 2000 capteurs de pollution atmosphérique vont être distribués aux citoyens du territoire. Ils permettront de mesurer, dans différentes situations, l’exposition aux particules fines. Les préinscriptions sont ouvertes. Grâce au projet DIAMS (Digital Alliance for Aix-Marseille Sustainability/Alliance numérique pour le développement durable d’Aix-Marseille), la Métropole et ses habitants ont l’opportunité d’expérimenter de nouvelles façons d’appréhender la qualité de l’air.

Initié par la Métropole Aix-Marseille-Provence, avec le soutien de l’Union européenne, le projet DIAMS invite chacun d’entre nous à s’approprier le sujet de la qualité de l’air.

 

Devenez acteurs

Dès à présent, préinscrivez-vous pour recevoir un capteur DIAMS : www.ampmetropole.fr/diams.


Un mail sera envoyé aux préinscrits pour les informer de la disponibilité des capteurs. Dès juillet 2021, vous pourrez ainsi « visualiser », dans de multiples situations et en temps réel, votre exposition aux particules fines. Invisibles à l’œil nu, ces particules en suspension peuvent, lorsqu’elles sont présentes à un taux élevé dans l’air, présenter un risque pour la santé car elles affectent les voies respiratoires.

Faire évoluer les comportements
En intérieur comme en extérieur, nous sommes exposés aux particules fines. Les sources d’émissions sont multiples : circulation, industrie, chauffage, cuisine, activités ménagères, phénomènes météorologiques… Avec un capteur DIAMS, vous pourrez mesurer la qualité de l’air à laquelle vous êtes exposés et agir en conséquence.

Légers et mobiles
Les capteurs DIAMS pourront vous accompagner partout, sur votre lieu de travail, dans vos déplacements, lors de vos loisirs, chez vous…
Vous constaterez, par exemple, qu’à pied ou à vélo, nous sommes moins exposés aux gaz d’échappement que les conducteurs de voitures. En effet, l’air respiré par les cyclistes et les piétons est inhalé bien au-dessus du niveau des pots d’échappement. Par contre, la ventilation d’une voiture aspire l’air à proximité du pot d’échappement du véhicule précédent. Le filtre de ventilation des voitures n’arrête pas tous les polluants, qui s’accumulent alors dans l’habitacle. Ainsi, grâce au capteur DIAMS, vous pourrez adapter vos modes de déplacement.

Facile à utiliser et connecté à une application mobile
En téléchargeant l’application DIAMS, les utilisateurs pourront visualiser et collecter des données sur l’exposition à la pollution atmosphérique. Ces informations seront également partagées, avec l’accord des utilisateurs et dans le respect des règles de confidentialité, sur une plateforme numérique. Cette dernière offrira des services personnalisés et des outils d’aide à la décision.

Des partenaires mobilisés
Avec le projet DIAMS, la Métropole Aix-Marseille-Provence poursuit l’un des engagements de l’Agenda environnemental porté conjointement avec le Département des Bouches-du-Rhône.  Sept partenaires sont particulièrement mobilisés dans la mise en œuvre de ce projet*.

* Le projet DIAMS est conduit en partenariat avec AtmoSud, Aria Technologies, le Groupe La Poste, l’association Matrice, la Fédération L’Air et Moi, le groupe Tera et l’Agence des villes et territoires méditerranéens durables (AVITEM).

 



Des actions de médiation innovantes, pédagogiques et ludiques


La distribution des 2000 capteurs s’accompagnera d’un programme d’animations déployé par huit associations, et ce jusqu’en juillet 2022, sur l’ensemble du territoire métropolitain.

  • L’association Les Petits labos accompagnera le changement de comportement en diffusant une œuvre interactive, Tiara, qui matérialisera la pollution de l’air. L’association veut également imaginer des dispositifs interactifs et participatifs qui bousculent les modes de réception et d’exposition des données sur la qualité de l’air.
     
  • 8 Vies pour la planète a conçu des mallettes pédagogiques. Des ateliers ludiques favoriseront une meilleure compréhension de la complexité de la mesure des particules fines.
     
  • Avec le CPIE (Centre Permanent d’Initiatives pour l’Environnement) du Pays d’Aix, l’enjeu est de nous transformer en acteurs responsables. Des habitants seront formés à la récolte des données (notion de sentinelle de la qualité de l’air) et sensibilisés aux résultats susceptibles d’être observés.
     
  • L’Institut écocitoyen de Provence proposera des randonnées sur le tracé du GR 2013. Les participants échangeront sur la mesure de la qualité de l’air. Ils pourront observer, en situation, les impacts de la pollution sur la biodiversité.
     
  • Air citoyen sensibilisera des communautés d’utilisateurs (habitants, cyclistes…) pour qu’ils s’approprient les enjeux de la qualité de l’air, de la collecte et de l'interprétation des mesures de la pollution atmosphérique.
     
  • Le CAN (Collectif Anti Nuisances) accompagnera, lui aussi, les citoyens dans l’utilisation des capteurs et l’exploitation des données récoltées. L’association mettra également l’accent sur des problématiques de pollution de l’air plus spécifiques (brûlages de déchets verts…).
     
  • SPPPI interviendra dans un lycée de Vitrolles. L’association proposera des actions de sensibilisation à la qualité de l’air, et ce, toujours en lien avec le déploiement des capteurs.
     
  • ARIA Eurobiomed participera à la promotion des résultats collectés par les capteurs, notamment auprès des acteurs internationaux de la santé. L’association participera à l’élaboration de webinaires et de conférences.