Participez

Mobilités, économie, environnement… en route vers une Métropole de grands projets ! 14/10/2021

La Métropole Aix-Marseille-Provence vient de détailler plusieurs grands projets, notamment en matière de transport, d’attractivité, d’environnement ou d’aménagement, avec la volonté d’accélérer la dynamique amorcée.

Le futur s’écrit aujourd’hui, se prépare et s’anticipe. Dans cette perspective, la Métropole Aix-Marseille-Provence vient de présenter à la presse plusieurs projets en cours ou à venir en matière de mobilités, d’attractivité, de logement, de cadre de vie, de développement économique, d’environnement…
 

Passer la vitesse supérieure sur les mobilités

Plusieurs grands projets de développement des transports sont notamment lancés ou envisagés, avec une ambition clairement affirmée : créer de nouvelles mobilités pour accélérer le développement économique du territoire.
Un des projets bel et bien développé concerne le renouvellement du métro de Marseille. À partir de 2023, l’actuel cèdera progressivement sa place à un métro automatique, sans conducteur, climatisé, accessible aux personnes à mobilité réduite depuis le quai. Il bénéficiera des technologies de pointe améliorant la souplesse d’exploitation, la qualité de service et le confort des voyageurs. Cette modernisation s’accompagnera de nombreux chantiers pour la mise en accessibilité progressive des stations marseillaises. De la même manière, le prolongement de la ligne M2 du métro vers Saint-Loup est sur les rails. Celui-ci permettra de desservir des quartiers denses, tels que Saint-Tronc ou le cœur du village de Saint-Loup, et de créer des pôles d’échanges multimodaux.
 

Reconnecter le nord et le sud de Marseille

Autre projet mobilité : l’extension du tramway, avec l’objectif de reconnecter le nord et le sud de Marseille. Le futur tracé s’étendra de La Castellane à la Rouvière, et constituera ainsi la colonne vertébrale de la mobilité de l’agglomération marseillaise. Un projet d’ampleur qui concilie qualité de vie, requalification urbaine et enjeux environnementaux pour proposer une alternative au tout-voiture et faciliter le quotidien. En parallèle, des pôles d’échanges multimodaux, qui permettent de faciliter les liaisons de proximité, vont se multiplier sur tout le territoire. Véritables centres névralgiques de la métropole, ils allient proximité, grande échelle et donnent accès à l’ensemble des opportunités du territoire. La Métropole se fixe comme objectif de réaliser à terme un maillage de 93 pôles d’échanges sur son territoire.
De la même manière, une montée en puissance de l’offre de bus est envisagée pour mieux desservir la plus vaste métropole de France, avec la création en 2022 d’une ligne de Bus à Haut Niveau de Service, le BNHS B4, dans les quartiers nord de Marseille. Deux lignes supplémentaires verront le jour en 2025, et d’autres projets sont d’ores et déjà programmés sur le territoire métropolitain, à Miramas, Martigues et Aubagne.
 


Miser sur les filières d’excellence

La dynamique amorcée par l’institution sur le plan économique devrait également accélérer, en misant notamment sur les filières d’excellence comme l’aéronautique, le numérique, la mer, la santé… Dans ce dernier domaine, la Métropole, en particulier Marseille, dispose de tous les atouts pour jouer la carte de la Health Tech, avec l’ambition de bâtir un lieu emblématique à forte visibilité nationale et internationale.
Le pôle Istres-Jean Sarrail doit aussi poursuivre son développement avec de nouvelles infrastructures pour la filière aéronautique. La redynamisation du pôle est une nécessité pour Aix-Marseille-Provence, afin de disposer d’un équipement en mesure d’accueillir de nouvelles entreprises du secteur. L’enjeu est le développement d’une nouvelle filière industrielle aéronautique internationale, organisée en « Usine du Futur », mettant sur le marché des solutions de transport, d’observation et de télécommunications. La Métropole entend également se positionner sur le concept de « territoire intelligent », ou « Smart City », pour en faire un axe stratégique de son développement. Le but est d’exploiter le potentiel de l’innovation numérique et de l’internet des objets connectés pour améliorer les services rendus aux usagés, notamment en matière d’impacts environnementaux.
 

Des grands plans dans des domaines bien différents

Sur le plan énergétique, la Métropole conduit de nombreux projets visant à produire de l’énergie verte et à réduire les émissions de gaz polluants. Particulièrement attentive au développement de l’hydrogène, elle soutient un essor local et durable de cette filière. Cette stratégie a pour objectif de réduire, à horizon 10 ans, les coûts de production, de stockage et de distribution de l’hydrogène vert, c’est-à-dire issu de sources d’énergies renouvelables. L’ambition est de devenir, à moyen terme, un hub de production et de distribution de l’hydrogène vert.
Au niveau environnemental, un vaste plan pour réhabiliter l’étang de Berre a été lancé. La Métropole s’est ainsi engagée avec tous les acteurs de la réhabilitation de l’étang, l’une des plus vastes étendues d’eau salée en Europe, dans la co-construction d’un plan d’actions indispensable au développement de son attractivité.
Enfin, sur le plan de l’aménagement, de l’habitat et du logement, la Métropole est en train d’élaborer un Schéma de Cohérence Territoriale (SCoT), fixant le cap à long terme et les priorités jusqu’en 2040. Ce document stratégique traitera aussi bien de développement économique que de protection de l’environnement, d’évolution urbaine que de valorisation agricole, de préservation des paysages que de renforcement des infrastructures. En parallèle, la Métropole lutte activement contre la dégradation des copropriétés privées, les marchands de sommeil et la précarité immobilière. L’institution multiplie ainsi les mesures pour que chaque habitant du territoire puisse bénéficier d’un logement